Que faisons-nous ?

About us

Nos projets

Nous avons besoin de vous pour développer "nos" écoles en République Centrafricaine !

L’action de l’association se concentre sur l’éducation des enfants de pays en voie de développement, la construction D’écoles ainsi que sur toute aide pouvant améliorer les conditions de vie des habitants Notre action est menée en république Centrafricaine, pays dont la langue Française est l’une des deux langues officielles, et qui est aujourd’hui l’un des pays les plus pauvres du monde. Nous avons concentré nos efforts sur la province de la Lobaye, relativement facile d’accès depuis la capitale du pays.

Bilan de 2006 à 2009

L’association Batali a été créée à la fin de l’année 2006. Nous avons donc 3 années complètes

À notre actif, dont voici les réalisations essentielles :

Construction d’écoles :

Tokodé :

Après une enquête minutieuse durant l’été 2006, nous avons décidé de construire notre première école dans le village de Tokodé, isolé en brousse et dont la population était très motivée. Le premier bâtiment de trois classes a été construit début 2007 grâce à l’aide du village, et la surveillance de deux missionnaires Italiennes présentes dans la zone depuis quelques années. Leur aide a été primordiale dans le succès de notre action, puisqu’elles avaient elles même monté une école à N’gotto (60 Kms de Tokodé) et que nous avons bénéficié de leur expérience. En Septembre 2007 l’école a ouvert ses premières petites classes (CI et CP et CE1), et nous avons entrepris de construire un second bâtiment de trois classes.

Cette école a entamé sa troisième année scolaire en Octobre dernier avec l’ouverture du cours moyen (CM1).L’ année scolaire prochaine verra s’ouvrir le CM2 et nous accueillerons environ 350 enfants. Entre temps nous avons aidé le village avec l’arrivée de l’eau, un forage ayant été creusé juste au pied de l’école (Batali a participé à ce forage dans le cadre de l’action d’une ONG spécialisée dans l’accès à l’eau). Nos maîtres d’école sont Centrafricains et relativement jeunes. Ils suivent les formations d’été que nous organisons par ailleurs. Nous avions essayé d’avoir deux petites annexes de l’école dans des villages très isolés, mais proches de Tokodé, mais nous avons dû arrêter l’expérience à cause du manque de motivation des populations locales.

N’gola :

Dès 2007 des représentants du village de N’gola sont venus nous voir en nous demandant de penser à eux pour la construction d’une seconde école. Ce gros village, isolé depuis la coupure d’une route il y a 10 ans (destruction d’un pont la rendant inaccessible), méritait notre attention : plus de 200 enfants nous y attendaient lors de notre première visite en 2009. La construction d’une école dans ce lieu a bien sûr été étudiée en concertation avec les autorités locales et le plan d’aménagement de cette zone forestière. L’accès est très difficile malgré la réparation d’une partie de la piste : 12 petits cours d’eau sont à franchir entre N’gotto et N’gola (23 Kms), rendant la route quasiment impraticable pendant la saison des pluies. Nous y sommes parfois allées en moto, les 4×4 ne pouvant pas toujours y accéder. Dans ces conditions difficiles, le début de la construction n’a pas pu avoir lieu l’été dernier comme prévu et nous avons préféré attendre la saison sèche (Janvier à Juin). La construction vient donc juste de démarrer, les fondations sont faites ,les villageois ont trouvé le gravier destiné au ciment,une partie des briques est cuite et acheminée là-bas (la terre sur place n’ étant pas adéquate pour faire les briques, nous devons les y apporter)

Convention des écoles de la paroisse de N’gotto :

Durant les années 2008 et 2009, nos deux missionnaires Italiennes après avoir construit l’école catholique de N’gotto (environ 500 enfants) ont eu la possibilité financière, grâce à leurs contacts en Italie, de construire deux écoles, de l’autre côté de la rivière Lobaye, à Bondoy (école de 3 classes) et à Bossoui (cycle complet de la maternelle au CM2).Leur départ de N’ gotto était cependant prévu puisque la très dynamique Lucia désirait rentrer en Italie pour fêter ses 80 ans !

C’est avec regret que nous les avons vu partir en décembre.

La paroisse de N’gotto a maintenant 4 écoles :

– N’Gotto

– Bondoye

– Tokodé

– Bossui

et environ 1400 enfants seront scolarisés en 2010-2011. Depuis presque un an nous réfléchissons à la façon de mener à bien ce travail et avons organisé une convention avec les différents protagonistes locaux : religieuses Colombiennes arrivées en 2007 et 2008, prêtres de la paroisse, représentants des maîtres d’école, parents d’élèves, « chef de secteur » des écoles de brousse qui est aussi directeur de l’école publique de N’gotto (800 enfants). Nous avons crée un comité où chacun a un rôle bien défini, ce qui devrait nous permettre de gérer ces 4 écoles, puis celle en construction de N’Gola.

Un budget prévisionnel a été fait et une comptabilité informatisée vient d’être mise en place lors de notre voyage de Janvier 2010.

Pour pouvoir être présents sur place quand nécessaire, la paroisse a laissé à notre disposition la « mission catholique » que nous entretenons désormais (gardiens de jour et de nuit) et qui permettra de loger les volontaires venant nous aider.

Nous espérons pouvoir mener à bien cet ambitieux projet.

Une bonne nouvelle locale : le décret ministériel de création d’un collège est arrivé en Septembre grâce à la diligence du directeur de l’école publique de N’gotto, Jean Yaba qui a réussi à faire valoir auprès du ministère le résultat des efforts faits pour l’ éducation dans la bourgade.

La paroisse a aidé en mettant à disposition un bâtiment situé près des écoles, et qui a été réhabilité (Batali a offert le ciment)

Ce collège public assure aux enfants de nos écoles la poursuite de leurs études jusqu’ au Brevet. Auparavant les enfants qui avaient réussi l’examen d’entrée en sixième devait aller étudier à la sous préfecture : Boda, ce qui posait de nombreux problèmes aux parents : coût, surveillance des enfants. Les enfants scolarisés au collège étaient donc peu nombreux. Ils ont tous été « rapatriés » à N’gotto par décision officielle et les cours de sixième et cinquième ont commencé le 10 Janvier. Il est à noter que le nombre d’élèves allant jusqu’au bac dans toute la province de la Lobaye est aujourd’hui inférieur à 10 par an (chiffres non vérifiés, lus dans un article de presse).

Formation des maîtres d’école :

Dès 2007 l’association Batali a aidé à la formation des maîtres d’école et notamment des maîtres de petits villages de brousse que l’on nomme là-bas les « maîtres parents « puisque ce sont généralement des parents d’ élèves sans formation officielle qui donnent des cours aux enfants. En 2007 nous avons organisé une petite formation à N’gotto avec quelques volontaires venus nous aider. En 2008, avec l’aide de L’ECAC (Enseignement Catholique Associé de Centrafrique) nous avons aidé à former une centaine de maîtres (N’gotto et Mongoumba). En 2009, l’ Union Européenne ayant accordé des fonds à Caritas pour ce type de formation, nous avons participé à un projet plus vaste (formation de 170 maîtres dans trois bourgades : N’gotto, Mongoumba, M’bata avec l’aide de 19 volontaires). En 2010 après avoir évalué ce que nous pouvions raisonnablement faire, nous participerons à ce projet renouvelé mais en nous concentrant sur N’gotto et Mongoumba, comme en 2008.

Ces formations d’été, essentiellement tournées vers le renforcement des connaissances en Français (langue de l’enseignement) et en Mathématiques, avec quelques heures consacrées aux sciences naturelles, géographie, culture générale nous permettent de bien connaître les maîtres ou futurs maîtres de la région, de les suivre et de les voir évoluer.

Livres, bibliothèques en création et fournitures scolaires :

Depuis 2007 nous avons transporté plusieurs tonnes de livres scolaires, livres de bibliothèque pour enfants et fournitures scolaires.

Nos écoles sont relativement bien pourvues et équipées des ouvrages scolaires « Hatier international ». Nous collectons des livres d’occasion que nous distribuons aux écoles de brousse qui n’ont pas de livres, à l’école publique de N’ gotto, aux écoles de Mongoumba…

Nous essayons dans la mesure du possible de fournir aux maîtres quelques ouvrages tels Bled, Bescherelle, dictionnaires pour leur usage personnel. Il reste beaucoup à faire quand on pense qu’il y a 3 ans ils déclaraient tous ne posséder aucun livre !

Nous sommes donc toujours à la recherche de séries de livres scolaires récents (exemple quand une école change d’édition). Nous les recouvrons avant de les acheminer en Centrafrique. Les ouvrages tels les Bled, Bescherelle, dictionnaires, Atlas sont aussi utiles. Les livres pour enfants nous permettent de monter des bibliothèques dans les écoles.

En ce qui concerne les fournitures, nous achetons les cahiers sur place (trop chers à transporter) mais pouvons accepter les dons de stylos bille, crayons, craies, règles, équerres etc…

Dispensaires, et micro-projets divers :

Nous tenons à remercier aussi les personnes qui nous ont fourni du matériel médical et des médicaments, des lunettes, qui nous ont permis d’aider le dispensaire de N’gotto ainsi que quelques dispensaires locaux. Nous avons aussi aidé à la réalisation de quelques micro-projets comme des potagers communautaires, centre d’alphabétisation …mais nos finances ne nous permettent pas de faire plus.

Faire un don

Soutenez nos projets de développement auprès des enfants de Centrafrique.

Contact

E-mail :
contact@batali.fr

Adresse :
Batali
30, boulevard du Château
92200 Neuilly-sur-Seine