Journal

About us

Notre « petit journal », édité 2 à 3 fois par an, .vous informe de la vie de l’association, de nos actions sur place et communique les nouvelles des écoles. Il est le trait d’union convivial entre tous les sympathisants, donateurs, bénévoles et membres de l’association.

Si vous désirez recevoir ce journal par e-mail dès sa parution, merci de nous contacter.

Novembre 2015

http://batali.fr/wp-content/uploads/2016/01/56714c89b06f4-0-724x1024.jpg
http://batali.fr/wp-content/uploads/2016/01/56714c89b06f4-1-724x1024.jpg
http://batali.fr/wp-content/uploads/2016/01/56714c89b06f4-2-724x1024.jpg
http://batali.fr/wp-content/uploads/2016/01/56714c89b06f4-3-724x1024.jpg
http://batali.fr/wp-content/uploads/2016/01/56714d6d8abdd-4-724x1024.jpg
http://batali.fr/wp-content/uploads/2016/01/56714d6d8abdd-5-724x1024.jpg
http://batali.fr/wp-content/uploads/2016/01/56714d6d8abdd-6-724x1024.jpg
http://batali.fr/wp-content/uploads/2016/01/56714d6d8abdd-7-724x1024.jpg

Association Batali, journal n° 21, Novembre  2015

République Centrafricaine

l’Association Batali travaille essentiellement en République Centrafricaine, autour du village de Ngotto dans la province de la Lobaye. Ce pays traverse depuis plus de deux ans une crise sans précédent  qui l’a plongé dans le chaos. Une relative et fragile stabilisation est observée depuis le début de cette année.

Aucune des écoles que nous gérons n’a fort heureusement souffert de pillages depuis le début des événements. Après l’arrêt  des écoles en 2014, celles-ci ont toutes repris progressivement cette année. Elles ont fonctionné jusqu’en juillet  et ont pu couvrir le programme scolaire annuel. Comme la situation économique et sécuritaire  est extrêmement précaire, l’Association Batali a partiellement contribué à la rémunération des maîtres des 4 écoles, une action exceptionnelle visant à soutenir et relancer la dynamique de scolarisation. Un soutien non négligeable a  également été fourni par la communauté des Sœurs récemment  établies à Ngotto : la visite régulière des écoles et le suivi pédagogique a été assuré par Sœur Isabelle. Le bilan de l’année est positif : plus de 1 200 enfants ont fréquenté régulièrement l’école maternelle et les écoles primaires et une trentaine de maîtres ont repris leurs fonctions. Dans notre sous-préfecture, l’élève reçu premier au certificat d’accès au collège est un jeune garçon de notre école de Tokodé !

Après notre voyage de janvier, Isabelle Turquin s’est rendue sur place cet été afin de faire le point sur cette année de reprise, visiter les 4 écoles (Ngotto, Bossui, Tokodé et Ngola), organiser et participer à la distribution des prix et enfin préparer la confection des uniformes pour la rentrée des classes.

La situation reste difficile dans bien des aspects de la vie quotidienne de la population: l’entreprise locale d’exploitation forestière n’a pas encore repris ses activités. Il n’y a plus ni téléphone, ni véhicules. Les pistes sont plus que jamais impraticables : il faut une journée pour relier Bangui à Ngotto (soit 250 kms). Il n’y a plus de bac pour traverser la Lobaye et arriver sur place : bagages et personnes doivent traverser en pirogue et continuer à pied ou en taxi-moto. Les commerces ne sont pas achalandés et le centre de santé manque de médicaments…

L’animation et le suivi des écoles, mis à part celle de Ngotto, sont compliqués du fait des   distances, des difficultés de communication et du peu de ressources des villages isolés.

Une bonne nouvelle

la construction de l’école de Mbangali est terminée ! La fin de la construction de cette école, destinée à compléter l’école de N’gola, est un tour de force étant donné l’isolement de ce  village forestier et la rareté des matériaux nécessaires. L’engagement déterminé de l’Abbé Cassien de Ngotto et de l’équipe de construction locale a permis l’acheminement des matériaux nécessaires (ciment, bois de charpente…) en moto et en pousse-pousse et l’achèvement du bâtiment et du mobilier pour la rentrée des classes. Dès Octobre, les enfants ayant suivi le début de leur scolarité au village proche de N’gola pourront poursuivre leur cursus à M’bangali, alors qu’auparavant la plupart arrêtaient l’école à cause de la distance à parcourir pour se rendre à l’école centrale de Ngotto.

En parallèle, la construction de la « maison des couturiers des écoles » financée grâce au soutien de la Fondation AnBer avance bon train. Les fondations ont été rapidement réalisées et les murs sont presque terminés. Ce bâtiment, situé à proximité de la « maison Batali » à N’gotto permettra, pendant nos séjours, de rassembler en un seul lieu les couturiers confectionnant les uniformes, facilitant la répartition des commandes et livraisons et réduisant le temps nécessaire à la confection.

Alix PHILIPON et Florence MONIER se sont rendues sur place fin septembre afin de préparer la rentrée scolaire.

Un objectif important

Il est nécessaire que les parents, que nous avons aidés l’an dernier, recommencent à régler les frais de scolarité de leurs enfants  (environ 10€ par enfant et par an). Des rencontres ont rassemblé les maîtres et les associations de parents afin de reprendre le chemin vers des écoles plus autonomes. Notre visite a été bien entendu l’occasion d’inaugurer l’école de M’bangali autour d’un « festin » préparé par les villageois. Les inscriptions ont démarré pour la nouvelle année scolaire dans les 5 écoles (Ngotto, Bossui, Tokodé, Ngola et Mbangali), soutenues par la mise à disposition de nouveaux uniformes confectionnés par les couturiers des villages.  A ce jour, environ 600 enfants sont rentrés à l’école. Nous espérons 1 000 inscriptions à la fin du 1er trimestre.

Notre prochaine visite, début 2016, si la situation sécuritaire le permet, sera l’opportunité  de mesurer le retour « à la normale » du fonctionnement des écoles, ainsi que le bon départ de la nouvelle école de M’bangali. Nous comptons sur l’appui continu de la Sœur Isabelle de N’gotto. Ce voyage sera également l’occasion d’étudier en détail la possibilité de réaliser une formation pour les maîtres d’école de la région durant l’été 2016.

En attendant, l’Association Batali prépare activement un container, afin d’acheminer du matériel scolaire (moins cher en Europe), des livres (bibliothèques et prix de fin d’année) et dons divers.

République Démocratique du Congo

Comme évoquaient nos éditions précédentes, l’Association Batali a soutenu l’année dernière (grâce à un don du Rotary Club de La Bassée)  le projet d’extension de 2 classes du collège de Maduda, village forestier dans le nord de la province du Bas-Congo. Ce projet a été suivi par la construction de 2 dortoirs afin d’accueillir une quarantaine de pensionnaires des classes supérieures. Ces élèves peuvent ainsi préparer intensivement leurs examens de terminale sans rentrer tous les soirs dans leurs villages.

Au cours de cette année 2015 une aide supplémentaire a été accordée au collège de Maduda afin d’y installer des panneaux solaires permettant d’étudier le soir. L’achat d’une photocopieuse  permet de pallier au manque de livres scolaires. Cette installation a été menée à bien sous la supervision du père Antoine, directeur du collège, et les élèves ont pu en profiter pour la préparation de leurs examens de fin d’année.

Les défis et les besoins sur place sont multiples, tant en Centrafrique qu’en RDC. Nous comptons sur vous, nos fidèles sympathisants, pour aider l’Association Batali à continuer à mener à bien ses nombreux projets en 2016!

Faire un don

Soutenez nos projets de développement auprès des enfants de Centrafrique.

Contact

E-mail :
contact@batali.fr

Adresse :
Batali
30, boulevard du Château
92200 Neuilly-sur-Seine